Engagements envers la réconciliation

Cheminons ensemble

Le mandat du Festival du Voyageur est de faire rayonner la joie de vivre et la francophonie à longueur d’année en créant des expériences artistiques, éducatives, historiques et culturelles inspirées de l’époque des Voyageurs.

Nous reconnaissons que dans le passé, nous n’en avons pas fait assez pour bâtir et renforcer nos relations avec les communautés autochtones et métisses, et ce, dans le but de garantir leur inclusion et leur représentation au sein de notre festival.

Nous prenons maintenant des mesures concrètes pour contribuer positivement au processus de réconciliation avec les peuples autochtones et métis.

Reconnaissance des terres ancestrales

Le Festival du Voyageur a lieu sur les terres visées par le Traité no 1. Nous nous rassemblons au bord de la rivière Rouge, sur les terres de la Nation métisse et le territoire cri, oji-cri, ojibwé, déné et dakota.

Nous reconnaissons qu’en raison de l’érosion culturelle causée par les pensionnats autochtones, la rafle des années 1960 et l’oppression coloniale systémique, les peuples autochtones ont été privés de leur liberté et de leur culture.

Le Festival célèbre la culture autochtone. Nous mettons l’accent sur la réconciliation en engageant un plus grand nombre d’artistes et d’employés autochtones, en nouant des partenariats et en présentant un volet éducatif et une programmation autochtones tout au long de l’année, dans le cadre du Festival.

QU’EST-CE QUE LE TRAITÈ NO 1 ?

Le Traité no 1 est un document officiel écrit et signé. Il s’agit du premier des 11 traités signés au Canada entre la Reine et les Chefs de différentes communautés des Premières Nations. Au Manitoba, lorsque le Traité no 1 a été signé, en 1871, on a promis aux peuples des Premières Nations du Manitoba des terres et des ressources qui n’ont pas été octroyées ni respectées. Ce non-respect a désavantagé les communautés des Premières Nations au sein de la société coloniale.

 

QUE SONT LES PENSIONNATS AUTOCHTONES ?

Le système des pensionnats autochtones était un réseau d’internats répartis dans tout le Canada, financés par le gouvernement du Canada et administrés par des églises chrétiennes. Il y avait 130 pensionnats autochtones au Canada, dont 14 au Manitoba. Des enfants autochtones ont été retirés de leurs familles et de leur culture pour être placés dans ces pensionnats et ont été assimilés de force à la culture canadienne chrétienne et coloniale. On trouvait des cimetières

dans bon nombre de ces pensionnats, car de nombreux enfants y sont décédés. Au total, 4200 décès ont été enregistrés, et on estime que 150 000 enfants autochtones ont été placés dans les pensionnats, de 1880 à 1996.

 

QU’EST-CE QUE LA RAFLE DES ANNÈES 1960 ?

La « rafle des années 1960 » fait référence à une période de l’histoire canadienne durant laquelle des enfants autochtones ont été retirés de leurs familles et de leurs communautés par les services d’aide sociale à l’enfance. Des milliers d’enfants des Premières Nations, métis et inuits ont été placés dans des foyers d’accueil et des familles adoptives non autochtones au Manitoba, en Saskatchewan, et parfois ailleurs au Canada et aux États-Unis.

Entente relative aux Autochtones de Winnipeg

indigenous-accord-signature

En juin 2019, le Festival du Voyageur s’est engagé formellement à contribuer à un processus de réconciliation en signant l’Entente relative aux Autochtones de Winnipeg.

Par ce geste, nous veillons à établir et mettre en œuvre un plan d’action qui favorisera l’inclusion et la réconciliation avec les peuples autochtones.

Nos objectifs pour la première année sont les suivants :

  • Revoir nos politiques et nos pratiques en matière de ressources humaines pour garantir qu’il n’y ait pas de barrières, vraies ou perçues, à l’égard des membres des communautés métisses ou autochtones;
  •  Reconnaître les terres ancestrales sur lesquelles le Fort Gibraltar et le Festival du Voyageur se situent, et éduquer le public sur le Traité no 1;
  • Inclure la reconnaissance des terres ancestrales sur nos sites Web et lors de tous nos événements publics;
  • Intégrer des langues autochtones dans les panneaux de signalisation du parc pendant le Festival du Voyageur;
  • Planifier et mettre en œuvre une révision de nos programmes d’éducation ayant trait au patrimoine afin de garantir que les perspectives métisses et autochtones y sont bien reflétées;
  • Établir une table de concertation sur les initiatives autochtones, et prévoir des réunions au moins 2 fois par année;
  • Développer plus de partenariats avec des groupes autochtones et métis;
  • Inclure davantage d’artistes métis et autochtones dans la programmation du festival.

Soutenir les artistes autochtones et métis

  • indigenous1
  • indigenous2

  • indigenous3

  • indigenous4

L’appui aux artistes autochtones et métis est important pour nous. Nous nous engageons à ce qu’ils continuent à faire partie de notre programmation.

Programmes scolaires

  • indigenous1

  • indigenous2

Chaque année, plus de 12 000 élèves participent au Programme scolaire Canada Vie et au Programme scolaire estival du Festival du Voyageur. Ces derniers répondent aux exigences du curriculum provincial, et bon nombre des activités sont offertes par des partenaires autochtones et métis.

img01

Check out our Boutique

Abonnez-vous à l’infolettre